Verbatims

anlci"...la moitié des personnes confrontées à l’illettrisme sont salariées, donnent satisfaction et sont motivées. En revanche, dès qu’il y a des évolutions, dès qu’on leur demande d’acquérir de nouvelles compétences et de ne plus s’appuyer sur leurs collègues de travail, on constate que ces salariés sont en difficultés... Le travail réalisé par B.A.ba Solidarité contribue à améliorer la relation de ces parents salariés avec l’école de leur enfant. Ce travail a des effets ricochet sur la trajectoire scolaire des enfants."

 Hervé Fernandez Directeur de l'ANLCI

 

Img 1900"Lutter contre l’illettrisme, c’est libérer quelqu’un des chaînes de l’ignorance. C’est soutenir le combat de la liberté... Il faut que les gens puissent dire sans pudeur aucune qu’ils ne savent pas lire. On n’avoue pas que l’on ne sait pas lire parce que l’on a peur d’être viré...il faut consacrer du temps à accompagner les autres. Il faut créer des passerelles de solidarité."

Jean-Paul Delevoye président du Conseil Economique, Social et Environnemental

 

Img 2046"L’idée était toute simple. Il s’agissait de demander à nos collaborateurs de faire un geste d’altérité envers des gens qui sont des ombres...C’est quelque chose de simple qui se met en place rapidement. Pourquoi est-ce qu’il n’y a pas plus d’entreprises ? Plutôt que de se mettre de l’eau glacée sur la figure, le défi que l’on devrait se lancer, c’est de convaincre d’autres entreprises de nous rejoindre."

Jean-Claude Le Grand directeur du Développement International des RH de l'Oréal

 

Img 1933"Cette action permet d’avoir une relation particulière avec notre fournisseur. On n’est plus seulement dans la relation client/fournisseur avec un cahier des charges à respecter. C’est une nouvelle relation basée sur des valeurs que nous partageons. Il y a aussi un partage des tâches et des responsabilités."

Bernard Nebout Directeur RSE Groupe et Fondations groupe Manpower

 

Img 1927"[la remise des diplômes] Cela a été un moment très émouvant pour moi. Vous auriez vu la fierté de ces hommes et de ces femmes, et surtout le regard de leurs enfants. Personnellement, je n’ai rien fait. Ce sont environ 70 tuteurs et accompagnateurs qui ont aidé à la remise à niveau. C’est un des plus beaux moments de ma vie professionnelle que de savoir que l’on a contribué à cela."

 Nonce Paolini président de TF1

 

Img 1984"… j’ai vécu l’un des plus beaux instants de ma carrière le jour de la remise des diplômes, car notre rôle de chef d’entreprise n’est pas uniquement d’apporter de l’économique, mais aussi du social et bien d’autres choses … Pour TF1, nous avons 75 salariés et 7 nationalités différentes … Nous sommes aujourd’hui confrontés à une réalité et nous sommes bien obligés de nous atteler à cette tâche qui est de surseoir à ce qui était la mission de l’école. On est obligé de mettre en place des diplômes, des formations et des accompagnements. La vraie difficulté, c’est de transmettre cette envie à nos équipes."

Guy Roulleau président de SAMSIC Facility

 

Img 1935"Le rôle de l’encadrement de proximité est essentiel pour sensibiliser sur la nécessité de remonter ce type de constat et ce besoin d’aide sans stigmatiser et culpabiliser. C’est un sujet très sensible. "

Philippe Maurette Directeur des Ressources Humaines ISS France

 

Img 1875" … ce qui est particulièrement touchant, c’est le changement de la relation sur les sites entre les personnes qui font le ménage et les personnes qui y travaillent. L’acquisition de la langue française permet en effet une communication qui n’était pas possible auparavant. "

Christine Bargain directrice RSE Groupe La Poste Présidente de B.A.ba Solidarité